LE KAVE SE REBIFFE

Bienvenue dans l'antre Essonnienne branchée sur le courant alternatif du KAVE.

Ce blog, à vocation citoyenne et collective, se veut participatif et coopératif en s'attelant au grand défrichage de ce monde!

Alertez, montrez, Réenchantez! Si vous désirez partager, écrire un article, poster des photos, contribuer au développement de la Kave, you're welcome! Soumettez-moi vos textes, photos, vidéos, vous serez bien reçus au comptoir de la Kave! YES OUI KAVE! Contact: krixlegaulois@gmail.com/

jeudi 2 novembre 2017

Compte à Rebours Santé et Changement Climatique


"Le capitalisme néo-libéral est un système écocidaire, et cette planète ne peut pas, ne pourra plus soutenir ce système. L'écocide détruit la nature, mais affecte également la santé des hommes. L'urgence de changer de modèle social et climatique n'est plus à prouver.
 Cette Terre est notre bien commun, il n'y a pas de planète B, pas de plan B, et ce ne sont certainement pas les profits et la croissance qui sauveront ce qui peut encore l'être. 
Ceci n'est pas un exercice, ceci est une urgence planétaire." Heel Krix, les Kaves se rebiffent




Les changements climatiques représentent dès maintenant une menace pour la santé humaine, alerte un rapport publié le 30 octobre par la revue scientifique Lancet. La Kave vous propose de parcourir cette étude sur la santé et le changement climatique réalisée dans ce rapport Lancet 2017 en suivant le lien pour lire l'intégral, ou bien déjà vous faire un avis avec le résumé copié plus bas ainsi que l'introduction de l'étude qui pose bien le sujet... 
Nous verrons si il y  aura un passage de la parole aux actes, mais en attendant, alertons, diffusons et propageons auprès de tous les avertissements nécessaires à une prise de conscience collective et une action générale pour la préservation de la planète, de la faune, de la flore et de la vorace humanité...

TRACKING THE CONNECTIONS BETWEEN PUBLIC HEALTH AND CLIMATE CHANGE



Rapport 2017 du
« Compte à rebours santé et
changement climatique » du Lancet
Après 25 ans d’inaction, une transformation globale en faveur de la santé publique est lancée.

Résumé

Le « Compte à rebours » du Lancet (Lancet Countdown en anglais) suit les progrès réalisés dans le domaine de la santé humaine et du changement climatique, ainsi que leurs implications pour les engagements pris par les gouvernements dans le cadre de l’Accord de Paris sur le climat. Cette initiative fait suite aux travaux de la Commission 2015 du Lancet, qui avait conclu que le changement climatique anthropique menaçait de mettre à mal les avancées des 50 dernières années dans le domaine de la santé publique, mais à l’inverse, qu’une réponse globale face au changement climatique pouvait s’avérer être « la plus grande opportunité du XXIe siècle en matière de santé à l’échelle mondiale ».
 Le Compte à rebours du Lancet repose sur une collaboration entre 24 établissements universitaires et organisations intergouvernementales de tous les continents.
 Un large éventail de disciplines est représenté, avec des climatologues, des écologistes, des économistes, des ingénieurs, des experts des domaines de l’énergie, de l'agroalimentaire et des systèmes de transport, des géographes, des mathématiciens, des experts en sciences sociales, des politologues, des professionnels de la santé publique et des médecins.
 Ce consortium établit tous les ans un rapport sur des indicateurs dans cinq domaines : 

l’exposition et la vulnérabilité au changement climatique, et les effets de celui-ci ; les plans d’adaptation pour la santé et la résilience ; les mesures d'atténuation et les co-bénéfices pour la santé ; l’aspect économique et financier ; et l’engagement public et politique.

Les messages clés tirés des 40 indicateurs du premier rapport annuel de 2017 sont résumés ci-dessous. 

Le texte intégral:




L'introduction du rapport: 

Les symptômes humains du changement climatique sont sans équivoque et potentiellement
irréversibles, touchant dès aujourd'hui la santé des populations dans le monde entier. Bien que ces effets affectent majoritairement les populations les plus vulnérables de la société, toutes les
communautés seront touchées.

Les impacts du changement climatique affectent de façon disproportionnée la santé des populations vulnérables, et notamment celles des pays à revenu faible et intermédiaire. En compromettant les déterminants sociaux et environnementaux de la santé, ils exacerbent les inégalités sociales, économiques et démographiques, et toutes les populations en ressentent à terme les effets.

Il est clair que les canicules sont de plus en plus fréquentes et de plus en plus intenses : entre 2000 et 2016, un surcroît de 125 millions d'adultes vulnérables a été exposé à des canicules (indicateur 1.2). La hausse des températures ambiantes a des effets négatifs sur la productivité du travail : 
les populations exposées entre 2000 et 2016 présentent ainsi une réduction globale de leur productivité de 5,3 % (indicateur 1.3).
Dans l’ensemble, une augmentation de 44 % des catastrophes liées aux conditions météorologiques a été observée depuis 2000, la mortalité causée par ces événements extrêmes ne présentant pas de tendance claire ni à la hausse ni à la baisse (indicateur 1.4), ce qui semble indiquer un début d'adaptation au changement climatique. 
Néanmoins, d’après les prévisions, les impacts du changement climatique vont s'aggraver au fil du temps, et les niveaux actuels d’adaptation s’avéreront insuffisants à l’avenir. 
La valeur totale des pertes économiques liées à des événements climatiques est en hausse depuis 1990 et a atteint 129 milliards de dollars en 2016, 99 % de ces pertes survenant dans des pays à faible revenu, non assurés (indicateur 4.4). 
En outre, sur le long terme, la modification des conditions climatiques contribue à un accroissement de la capacité vectorielle du moustique Aedes aegypti à transmettre la dengue, avec une augmentation de 9,4 % depuis 1950 (indicateur 1.6).
Si les gouvernements et la communauté mondiale de la santé ne tirent pas d’enseignements de l’épidémie de VIH/SIDA et des récentes épidémies de maladie à virus Ebola et Zika, et réagissent une nouvelle fois trop lentement, les coûts pour la santé humaine seront irréversibles et inacceptables.

Le retard de la réponse au changement climatique ces 25 dernières années a mis en péril la vie
humaine et les moyens de subsistance.


Merci à +Anonymiss Kreol pour la transmission des infos ;-)

Le changement c'est pour quand?


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire