LE KAVE SE REBIFFE

Bienvenue dans l'antre Essonnienne branchée sur le courant alternatif du KAVE.

Ce blog, à vocation citoyenne et collective, se veut participatif et coopératif en s'attelant au grand défrichage de ce monde!

Alertez, montrez, Réenchantez! Si vous désirez partager, écrire un article, poster des photos, contribuer au développement de la Kave, you're welcome! Soumettez-moi vos textes, photos, vidéos, vous serez bien reçus au comptoir de la Kave! YES OUI KAVE! Contact: krixlegaulois@gmail.com/

samedi 11 novembre 2017

La Grande Boucherie



» La guerre est un massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas. » (Paul Valéry)






La seule arme que l'on tolère à la Kave, c'est le tire-bouchon...

Pas de grand débat au comptoir pour discuter de l'horreur que fût cette boucherie innommable que la première guerre mondiale. Que tous les hommes morts, quel que soit le camp, continuent à reposer en paix, loin de la folie humaine. Oui les hommes sont devenus fous en 1914, mais ils ne se sont pas pour autant améliorer dans le siècle qui a suivi, et c'est pas fini...
Deux documents vidéos pour se rappeler que dans cette guerre comme dans tant d'autres, on croit mourir pour la patrie, mais en réalité, on meurt pour des industriels comme le disait Anatole France.




Entre 600 et 650 soldats français ont été passés par les armes durant les quatre années du conflit. Beaucoup de ces condamnations étaient sans commune mesure avec les fautes commises. Beaucoup de ces hommes ont été réhabilités, dès les années 20.

La peine capitale. Voilà ce que prévoyait, en 1914, le code militaire pour un certain nombre de comportements : abandon de poste en présence de l'ennemi, refus d'obéissance, voie de faits sur supérieur, révolte… On le voit : tout peut-être affaire d'interprétation. Avec la mort au bout des mots.

Entre les balles ennemies, le déluge de feu des bombardements, la confusion des assauts, les gaz, les fumées, les morts, bien des soldats se retrouvaient totalement désorientés, stupéfiés, pétrifiés, perdus… Étaient-ils de bons soldats anéantis par la violence du choc ? Ou des lâches fuyant le combat ? Les réponses ont été diverses, parfois injustes…



Je suis déjà contre la prochaine Guerre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire