LE KAVE SE REBIFFE

Bienvenue dans l'antre Essonnienne branchée sur le courant alternatif du KAVE.

Ce blog, à vocation citoyenne et collective, se veut participatif et coopératif en s'attelant au grand défrichage de ce monde!

Alertez, montrez, Réenchantez! Si vous désirez partager, écrire un article, poster des photos, contribuer au développement de la Kave, you're welcome! Soumettez-moi vos textes, photos, vidéos, vous serez bien reçus au comptoir de la Kave! YES OUI KAVE! Contact: krixlegaulois@gmail.com/

mercredi 20 décembre 2017

Un Grossier Préjugé

Dessin par Antoine Chereau de l'album: L'égalité est un long fleuve tranquille

"Les plus petits esprits ont les plus gros préjugés" Victor Hugo

La kave se rebiffe et se conjugue au féminin avec un passage au comptoir de Marilyne Chenuet pour un petit édito sur la grossophobie, terme désignant les stigmatisations et les discriminations subies par les personnes en surpoids ou obèses.

 Les préjugés ont la peau dure, et ce sur bien des sujets, taille, poids, couleur de peau etc etc... 
Il semblerait que ce soit le propre de l'Homme de juger sans connaître dès qu'il est face à quelque chose ou quelqu'un de différent, et les gens corpulents peuvent témoigner aisément de ce genre d'attitude vis à vis d'eux. 

Comme toujours dans ces cas-là, la discrimination n'est pas loin, professionnelle ou privée. 
Il existe beaucoup de paramètres pour expliquer l'obésité et le surpoids, et Marilyne pose des questions simples avec sa sensibilité sur un sujet complexe. 
Allez à toi chère kaviste!


Un Grossier Préjugé


10 millions d'obèses et 1 français sur 10 en surpoids en France
(un "petit" message en passant, l'air de rien, comme ça, histoire de)

Vous êtes-vous jamais dit à leur sujet:
 "C'est peut-être une maladie ou un traitement médical qui lui a fait prendre du poids ?"
Mais peut-être encore s'agit-il d'un choix ! Un choix qui n'appartient qu'à la personne concernée et qui ne regarde, ni n'empêche en rien personne de vivre sa vie à lui ou elle, dont personne ne se mêle ceci dit en passant !

Je ne suis pas concernée par le sujet ; par contre je ne supporte pas qu'on fasse aux autres ce qu'on n'aimerait pas qu'on nous fasse à nous !
Alors il m'est impossible de ne pas faire un post sur ce sujet-là.

J'ai un jour entendu une femme dire à son amie, alors que j'étais dans une boutique de vêtement, " Ah mais je ne comprends pas pourquoi ils font des tailles 46/48/50 ou plus ! ".
Cela m'a tout d'abord soufflée et laissée sans voix... pas longtemps car cela ne me ressemble pas de rester silencieuse lorsque quelque chose me semble injuste. Je n'ai alors pu m'empêcher de lui faire le commentaire que vous avez lui plus haut et elle n'a rien su répondre ; c'est normal puisqu'il n'y avait rien à répondre à ça.

Donc, si je comprends bien cet état d'esprit (plutôt pourri entre nous soit dit ou bien particulièrement égoïste et manquant totalement d'empathie), parce que quelqu'un est gros ou obèse il devrait s'habiller d'un sac et ne rien dire ? 
Il devrait déjà s'estimer heureux d'avoir un sac à patates à sa taille ?
Non ! Pas d'accord !

Je me souviens d'un jour, alors que j'étais jeune travailleuse laborieuse, j'ai vu entrer dans le wagon dans lequel j'étais en route pour mon taf une jeune femme grosse... non, elle était obèse (appelons un chat un chat, et ne comptez pas sur moi pour faire du "politiquement correct" avec un truc du genre "handicapé visuel" quand on parle d'un aveugle). 
Eh bien croyez-moi ou non, elle était belle ! Elle avait LA bonne coiffure, LE bon maquillage, LA bonne tenue aux bonnes teintes qui ne cachait pas sa taille tout en la mettant en valeur.

Après quasiment 30 ans, je me souviens encore de cette si jolie jeune femme obèse (qui était probablement mannequin pour grandes tailles).
Je vous garantis que PERSONNE n'aurait JAMAIS pensé à l'insulter, elle !
Est-ce que cela veut dire que l'insulte ne vient qu'à condition que les gens font dépendre l'insulte au fait qu'ils trouvent ou pas quelqu'un beau ou non ?... Je ne débattrai pas là-dessus car là n'est pas le sujet.

La question est POURQUOI y a-t-il (encore ou de plus en plus ?) des gens qui osent insulter les personnes grosses ou obèses (ou les personnes handicapées, ou en tout cas des personnes dites "différentes") ?

Mais quelle éducation ont-ils reçu ? Quel sens des valeurs leur a-t-on inculqué ? 
Et eux-mêmes, n'ont-ils donc pas la conscience de ce qui est bien ou mal ? 
De ce qui fait souffrir les autres de ce qui ne le fait pas ? 
S'ils sont dénués de celle-ci, n'ont-ils donc pas un tant soit peu d'orgueil ou d'amour-propre, de respect pour eux-même qui fait que l'on agit de telle sorte afin de ne pas se vautrer dans la fange de l'infamie et ne pas se conduire de façon indigne ?

Une question : et si c'était vous ?... Si vous aviez, vous, un détail qui ferait de vous quelqu'un d'un peu différent de la majorité, apprécieriez-vous que l'on vous fixe du regard ? Que l'on vous montre du doigt ? Que l'on fasse des commentaires désobligeants sur votre passage ? Que l'on vous insulte alors que vous ne demandez rien à personne ? Non n'est-ce pas ! Alors pourquoi l'infliger aux autres ?
En quoi cela dérange-t-il qu'il y ait des gens gros ou obèses, pour ne parler que d'eux ? 
Ils ne demandent rien à part qu'on leur fiche la paix !

Je rappelle pour mémoire la courte définition du mot "humain" :
 "capable de ressentir de la compassion et de l'empathie" et la règle d'or : "ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas que l'on te fasse"

Si ces 2 règles basiques de vie en nos sociétés (aussi moches puissent-elles être), le monde humain serait presque parfait ("presque" car il resterait quand même les militaires près à aller se faire tuer pour les idées des autres et à cause desquels les guerres existent toujours, les tueurs en série que sont les chasseurs dans un autre ordre d'idée, etc...). 
Ce que je veux dire est qu'il suffit d'un rien pour être en paix avec les autres et rendre le monde plus beau.

Alors merci pour tout le monde de faire preuve d'empathie en empruntant quelques minutes les chaussures des autres, histoire de savoir ce qu'ils ressentent.

La grossophobie, un préjugé grossier de plus à éliminer...



YES OUI KAVE !

1 commentaire:

  1. N'ayant jamais considéré les différences physiques ou autres comme anormales,je n'aurais pas commenté votre publication si vous n'aviez cité le cas de cette personne qui s'étonnait qu'il y ait des tailles supérieures au 46.Personnellement je n'ai jamais entendu ce genre de réflexion mais par contre j'ai trop souvent entendu des femmes râler à cause de leurs difficultés à trouver des tenues seyantes au-delà du 48,ce qui est selon moi beaucoup plus représentatif du mépris systémique de la société pour qui n'a pas les mensurations des mannequins porte-manteaux chers à Karl Lagerfeld.Etonnez-vous après ça que les femmes boudinées dans du 46 se moquent de ceux/celles qui assument(ou pas)leur ampleur.Pour moi,la culpabilité est collective et pas seulement individuelle.

    RépondreSupprimer